Titres et Travaux de Gilles Serge Odin


Présentation du thème
Paléontologie - Micropaléontologie

mots clés: Spores & pollen; Dinoflagellés; Nannofossiles calcaires; Foraminifères benthiques; Foraminifères planctoniques; Gilianelles (enigmatica); Ostracodes; Ophiures; Brachiopodes; Gastéropodes; Inocérames; Bivalves; Ammonites; Astérides; Echinides; Crinoïdes; Sélaciens; Reptiles; Campanien; Maastrichtien; Région pyrénéenne ouest; Tercis

Les plus utiles de nos travaux paléontologiques concernent le problème de la limite Campanien-Maastrichtien. Les récoltes légales (autorisées par le propriétaire) de grands fossiles du site géologique de Tercis (près de Dax, Landes) ont été prises en charge par l'auteur de 1992 à 2004. Chaque spécimen récolté a été repéré par rapport au descriptif original de la section (réf. 281 cf site http://geolfrance.brgm.fr/revues\articles\GF3-2-1994.pdf). L’ensemble a été mis à la disposition de tous les experts qui ont exprimé leur intérêt pour l’étude.
Une grande partie des récoltes et des séparations de microfossiles a aussi été réalisée par l'auteur avant mise à la disposition des experts qui ont accepté de qualifier le site dans une étude coopérative.

Ainsi, en 2001, 8 groupes de microfossiles étaient étudiés : Pollen et spores, Dinoflagellés, Nannofossiles calcaires, Foraminifères benthiques, Foraminifères planctoniques, micro-brachiopodes, Ostracodes, Ophiures, quelques restes d'Holothuries (réf. 400).

En 2001, 2.635 macrofossiles avaient été récoltés et soumis à la détermination d'un ou plusieurs experts de 11 groupes : Brachiopodes, Gastéropodes, Inocérames, autres Bivalves, Ammonites, Astérides, Échinides, Crinoïdes, Requins, Poissons osseux, Reptiles (réf. 400).

Le site de Tercis a été accepté en 2001 comme référence pour définir la limite Campanien-Maastrichtien mais dès 2002, la récolte d'inocérames a été portée de 158 à 400 spécimens sur la demande d’un nouvel expert (I. Walaszczyk). Grâce aux taxons-clé communs, celui-ci a pu réaliser une comparaison avec les faunes d'Amérique du Nord et d'Europe du Nord proposant ainsi des corrélations temporelles précises de part et d’autre de l’Atlantique (réf. 463).

Entre 2005 et 2010, une étude micropaléontologique complémentaire a été entreprise en appliquant une technique inusuelle pour des sédiments crétacés : la désagrégation de la roche par acide acétique concentré (acétolyse). Outre de nouvelles microfaunes “classiques” (réf. 488, réf. 491), cette approche a conduit à une découverte spectaculaire : la présence en abondance, de dizaines d’espèces nouvelles de petits microfossiles (taille de l'ordre de 100-200 µm) de groupes non répertoriés (microproblematica) (réf. 484).

L'étude micropaléontologique-taxonomique de ces microproblematica indique qu’en dehors d’une douzaine de formes énigmatiques (réf. 489) l'essentiel peut être rassemblé dans le nouveau groupe des gilianelles comprenant 60 espèces nouvelles comme résumé récemment en langue anglaise (réf 498). Une classification a été proposée pour ce groupe attribué aux protozoaires Rhizopodes (réf. 494 cf. http://www.ville-ge.ch/mhng/paleo/paleo-pdf/28-1/pal-28-1-10.pdf). Illustré sur près de 12 Ma dans le site géologique de Tercis, l’intérêt des gilianelles est renforcé par une remarquable rapidité d’évolution de diverses espèces qui ouvre un champ nouveau de datation relative des couches campano-maastrichtiennes ; la précision atteint celle des meilleurs marqueurs fossiles connus à l’époque.

Un autre aspect remarquable de ces découvertes a été la mise en évidence, pour la première fois dans le règne de ces micro-organismes fossiles d'une relation biologique (opportunisme-commensalisme-parasitisme?) entre une série de tests porteurs et un micro-organisme de nature inconnue baptisé Convictorella pusula qui bénéficie de ce transport (voir photocommensal). Ce commensal provoque, par sa prolifération, une crise biologique localisée vers 73 Ma qui appauvrit singulièrement la variété des formes (réf. 495).

 

ILLUSTRATION
Pour voir la liste des groupes fossiles et les récoltes : Voir tableau
Pour voir la nature des spécimens illustrés en 2001 (réf. 400). Voir légende des planches 1 à 90.
Pour voir les planches des spécimens illustrés:

Voir planches 1 à 27 (2,6 Mo)
Voir planches 28 à 63 (5,4 Mo)
Voir planches 64 à 90 (4,2 Mo)

Pour voir les 110 inocérames illustrés en 2002 (réf. 460) consulter le site de Geologica Acta Polonica http://www.geo.uw.edu.pl/agp/table/abstracts/52-3.htm ou consulter les mêmes planches annexées (réf.460pl).

Un condensé des illustrations de fossiles de Tercis est aussi disponible sous la forme de 13 affiches sur le site http://paleopolis.rediris.es/odin/

PRÉSERVATION

+ La collection de fossiles du site de Tercis est rassemblée dans le Musée du site géologique de Tercis près de Dax (voir thème préservation).

+ Un archivage des fossiles récoltés à Tercis depuis 1992, de leur figuration, de leur localisation dans le Musée du site géologique de Tercis a été entrepris sous forme informatique. Étaient disponibles en 2010 : plus de 3 000 macrofossiles dont 574 ammonites, 506 ossicules astérides, 551 échinides, 359 inocérames ; 1 193 espèces déterminées ; 914 lames minces et 660 cellules de microfossiles triés ; 1 060 photo. argentiques (tirages, négatifs), 294 diapositives, 1 687 photo. informatisées de microscopie électronique, 393 photo. informatisées de macrofossiles.

+ Les nouvelles espèces récemment décrites à Tercis avec leurs types désignés (des microproblematica mais aussi des foraminifères, ophiures, astérides, échinides, ammonites, inocérames) sont préservées séparément : 105 holotypes (spécimens d’après lesquels les espèces sont créées) et paratypes (spécimens permettant de compléter la description des espèces) ainsi qu’un demi millier de topotypes (spécimens de la même espèce choisis dans le même niveau du même site que l’holotype) sont préservés ; il y a aussi 2 minéraux types.

- Des moules des spécimens les plus significatifs ont été préparés et des moulages sont disponibles: (voir la liste des moules)

BILAN ET PERSPECTIVES

Concernant les macrofossiles, après des récoltes abondantes de 1992 à 2001 ayant permis de le qualifier, le site géologique de Tercis est devenu stérile par suite de l’absence d’exploitation. Cependant, quelques études paléontologiques publiées après l’établissement du Point Stratotypique Mondial de la limite Campanien-Maastrichtien à Tercis (2002-2011) ont significativement 1- complété la connaissance du site et 2- renforcé sa capacité à servir de site de référence incontournable.
Concernant la découverte des gilianelles, ces micro-organismes ont déjà été repérés en Espagne, en Allemagne du Nord et aux Antilles ; une recherche sur l’ensemble du globe peut être envisagée avec l’espoir de conforter ce nouvel outil de corrélation temporelle des sédiments de plate-forme pour les 20 derniers Ma du Crétacé.