titre1
titre2
Carnets de Géologie / Notebooks on Geology

Carnets de Géologie
E-ISSN 1634-0744 (en ligne)
ISSN 1765-2553 (cédérom)
ISSN 2108-5196 (dévédérom)

Sommaire   Aide      e-BOOKS      Alertes   Dévédérom   uk_2

eXTReMe Tracker
up2  

La Manchette

up2  

2014 (vol. 14) 

Les grands foraminifères paléocènes de la péninsule du Yucatán (SE du Mexique)
Vicent VICEDO, José Antonio BERLANGA & Josep SERRA-KIEL

 | HTML  | PDF [11.544 KB]  | DOI : 10.4267/2042/53527

 Résumé :  Les grands foraminifères observés dans du matériel provenant de la Formation Chichen Itzá de l'État de Campeche (SE Mexique) ont été étudiés en détail. Des analyses de leur architecture ont permis de décrire quatre nouvelles espèces et un nouveau genre, deux foraminifères coniques à test agglutinant, Coskinolina yucatanensis n.sp. et Pseudofallotella drobneae n.gen. n.sp., un nouvel alvéolinidé, Borelis hottingeri n.sp., et un nouveau rotaliidé, Dictyoconoides boneti n.sp. Les grands foraminifères de la Formation Chichen Itzá sont groupés dans deux associations distinctes : une première avec Pseudofallotella drobneae, Neotaberina sp., Rhabdorites sp., Borelis hottingeri, Dictyoconoides boneti, Kathina sp., Miscellaneidae, Ranikothalia soldadensis et Hexagonocyclina cristensis, une seconde avec Coskinolina yucatensis, Fallotella causae, Rhabdorites sp., Borelis floridanus et Cincoriola cf. ovoidea. Quelques-uns de ces genres, notamment Neotaberina et Dictyoconoides, sont signalés ici pour la première fois dans la province paléobiogéographique caraïbéenne. La première association est datée du Thanétien (SBZ 3? à SBZ 4) du fait de la présence de Ranikothalia soldadensis. Bien qu'il y ait encore une incertitude quant à l'âge de la seconde association, nous avons retenu la même position stratigraphique.

Carnets Geol., vol. 14, nº 4, p. 41-68

En ligne depuis le 17 mars 2014


Acanthocythereis colini nomen novum pour A. reticulata Sciuto, 2014
Francesco SCIUTO

 | HTML  | PDF [27 KB]  | DOI : 10.4267/2042/53523

 Extrait :  Sciuto (2014) décrit une nouvelle espèce, Acanthocythereis reticulata, du Pliocène supérieur du NE de la Sicile et appartenant à la Famille des Trachyleberididae Sylvester-Bradley, 1948. (...)

Carnets Geol., vol. 14, nº 3, p. 39

En ligne depuis le 28 février 2014


Une base de données chronostratigraphiques pour le Crétacé : construction et applications
Robert W. SCOTT

 | HTML  | PDF [1.718 KB]  | DOI : 10.4267/2042/53522

 Résumé :  La chronologie et la fréquence des évènements tectonique, des processus de l'évolution, des perturbations paléoocéanographiques et des changements paléoclimatiques doivent être basées sur un étalonnage à haute-résolution des âges numériques pour les étages tels qu'ils sont définis  aujourd'hui par des Points Stratotypiques Mondiaux (traduction française de "Global Stratotype and Section Point, GSSP"). Cette base de données chronostratigraphiques pour le Crétacé (baptisée CRETCSDB3) organise des informations objectives et vérifiables afin d'étalonner certains évènements crétacés et de permettre des corrélations chronostratigraphiques à haute-résolution
CRETCSDB3 réunit une documentation répertoriant plus de 3500 taxons et couches repères provenant de quelque 300 sections ayant fait l'objet de publications et étalonnées sur une échelle en millions d'années (Ma). Elle couvre les limites Jurassique-Crétacé et Crétacé-Paléogène. La construction de CRETCSDB3 a débuté avec la projection des bioévénements de la coupe du Cénomanien-Turonien de Kalaat Senan en Tunisie sur un diagramme utilisant l'échelle des temps géologiques de 1989. La sédimentologie, le découpage stratigraphique séquentiel et la biostratigraphie de cette coupe ont été précisément documentés et les limites d'étages y ont été définies biostratigraphiquement. Des coupes complémentaires avec des couches datées radiométriquement ont également été reportées de manière graphique afin d'améliorer la fiabilité des âges numériques. Les intervalles de première et de dernière occurrences ont été étalonnés aux millions d'années des étages crétacés définis par des Points Stratotypiques Mondiaux ou des coupes de référence. Cette base de données est utilisée comme tableau de référence pour interpoler et étalonner les âges des autres coupes stratigraphiques. Les intervalles de temps de quelques taxons et couches repères sont provisoires et devraient être révisés au fur et à mesure que de nouvelles coupes seront intégrées à la base de données.
CRETCSDB3 a contrôlé l'étalonnage de l'âge numérique de la limite Albien - Cénomanien. Cette limite dans le Nord Texas est très précisément corrélée avec le Point Stratotypique Mondial en France par le biais des ammonites, des foraminifères planctoniques et des dinoflagellés. Dans le Nord Texas cette limite d'étage peut également être corrélée par le biais de la stratigraphie séquentielle et de dinoflagellés cosmopolites avec une bentonite de Clay Spur au Wyoming datée de 97.88±0.69 Ma. L'incohérence entre cet âge et celui de 100.5 Ma figurant sur l'échelle des temps géologiques de 2012 reste à évaluer de façon indépendante.

Carnets Geol., vol. 14, nº 2, p. 15-37

En ligne depuis le 28 février 2014


Les ostracodes de la succession Pliocène supérieur - Pleistocène de Punta Mazza (NE Sicile) avec, plus particulièrement, les représentants de la Famille des Trachyleberididae Sylvester-Bradley, 1948, et la description d'une nouvelle espèce
Francesco SCIUTO

 | HTML  | PDF [1.980 KB]  | DOI : 10.4267/2042/53172

 Résumé :  Nous avons étudié les associations d'ostracodes de la série sédimentaire du Pliocène supérieur-Pléistocène qui affleure à Punta Mazza (Milazzo, NE Sicile). La faune d'ostracodes est souvent bien préservée et diversifiée : on y a été récolté 42 espèces appartenant à 24 genres. L'association se compose presqu'exclusivement de taxons bathyaux parmi lesquels Bythocypris obtusata (Sars), B. bosquetiana (Brady), Henryhowella ex H. profunda Bonaduce et al. group, Quasibuntonia radiatopora (Seguenza), Retibythere (Bathybythere) scaberrima Brady, Pseudocythere caudata Sars et Bythocythere mylaensis Sciuto, entre les autres. Le groupe Krithe y est bien représenté également, avec Krithe compressa (Seguenza) et K. pernoides (Bornemann). D'autres taxons comme Cytheropteron testudo Sars sont rares. Presque toutes les espèces, plus particulièrement celles appartenant aux Trachyleberididae Sylvester-Bradley, 1948, sont décrites, figurées et commentées. Parmi ces espèces, nous en introduisons une nouvelle : Acanthocythereis reticulata n.sp., rencontrée dans la partie basse de la coupe dans des sédiments d'âge Pliocène supérieur. Enfin, un spécimen rapporté au genre Quasibuntonia Ruggieri est, quant à lui, laissé en nomenclature ouverte.

Carnets Geol., vol. 14, nº 1, p. 1-13

En ligne depuis le 25 janvier 2014


up2  

2013 (vol. 13) 

Article 9 [2013] : Cornulitides siluriens d'Estonie (Baltica), par Olev VINN & Mark A. WILSON.-
Format [HTML] ou [PDF 1.050 KB]
Référence : [CG2013_A09]
DOI : 10.4267/2042/53034
Langue : 

 Résumé :  Sept espèces de cornulitides provenant du Silurien des îles Saaremaa et Hiiumaa en Estonie sont décrites : trois espèces sont présentes dans le Rhuddanien, trois dans le Sheinwoodien, une dans le Gorstien et le Ludfordien, et trois espèces dans le Pridoli. Ces cornulitides se rencontrent dans une gamme de faciès allant des calcaires péloïdaux correspondant à des hauts-fonds jusqu'aux marnes représentant la portion la plus profonde de la rampe carbonatée. Des cornulitides symbiotiques et endobiontes sont présents dans les stromatoporoïdés observés dans les domaines de haut-fond et de plate-forme ouverte. Les agrégats de cornulitides sont limités aux calcaires du domaine de plate-forme ouverte, probablement en raison de taux en nutriments plus élevés dans ces eaux que dans celles de la rampe plus profonde. Seules les formes libres sont particulièrement fréquentes dans les marnes de la rampe plus profonde, sans doute en raison de leur adaptation à la vie sur des sédiments meubles. Des formes solitaires attachées s'observent dans toutes les ceintures de faciès où les cornulitides sont présents. Parce que les modes de vie des cornulitides sont étroitement associés à des zones particulières de faciès, ils constituent des outils utiles pour les reconstructions paléoécologiques.

En ligne depuis le 25 décembre 2013


Livre 2 [2013] : Dasycladales anisiennes de Haute-Silésie et des régions voisines, par Zbigniew KOTAŃSKI.-
Format [HTML] ou [PDF 41.302 KB]
Référence : [CG2013_B02]
DOI : 10.4267/2042/53036
Langue : 

Dépôt légal : 
ISBN13 
: 978-2-916733-12-8

 Résumé :  Les Dasycladales (algues calcaires) anisiennes de la Dolomite à Diplopora de Haute-Silésie et des régions voisines de Pologne méridionale sont ré-examinées. Tous les taxons découverts antérieurement sont révisés  et refigurés. Un nouvel échantillonnage a été effectué dans 74 localités à l'affleurement et à partir de 45 forages. Le matériel abondant comprend à la fois des spécimens visibles à la surface - sur la cassure - de la roche et d'autres en lames minces ; 24 espèces de Dasycladales ont été identifiées, dont trois sont nouvelles: Oligoporella chrzanowensis n.sp., Physoporella polonoandalusica n.sp., et Salpingoporella krupkaensis n.sp. Les spécimens les mieux préservés sont illustrés sur une quarantaine de planches. Les espèces  identifiées sont comparées avec celles des Alpes et des Carpathes ayant une  importance stratigraphique. À l'échelle régionale, six horizons fondés sur les Dasycladales sont définis. La limite Pelsonien-Illyrien est localisé dans la partie médiane de la Dolomite à Diplopores . La partie sommitale de cette formation, malgré la présence de Diplopora annulata, est attribuée à l'Illyrien, et non pas au Fassanien ; ce point est également corroboré par les  corrélations basées sur les conodontes. L'état particulier de conservation de ces algues (moules internes et doubles cylindres) est discusté ; il serait le résultat d'une dolomitisation précoce, syngénétique. Le paléoenvironnement de ces algues est déterminé comme étant sublittoral. Les Dasycladales abondaient sur cette plate-forme carbonatée péri-Téthysienne, largement connectée aux mers des régions alpines et carpathiques. Cinq associations paléoécologiques ont été identifiées, se distinguant par leur conditions bathymétriques et hydrodynamiques, vivant sur des hauts-fonds marins et dans les cuvettes qui séparent ces derniers. La plate-forme de Haute-Silésie était isolée du Bassin germanique du Muschelkalk moyen, sursalé , par des bancs et des barrières sableuses, oolithiques et bioclastiques, empêchant les échanges biotiques marins. Une ouverture large existait avec les mers des régions alpines et carpathiques, permet une migration des "flores" issues des régions des  Hautes Tatras, de Križna et  même des Alpes du Sud vers la plate-forme carbonatée de Haute-Silésie.

En ligne depuis le 25 décembre 2013


Note brève 7 [2013] : Dissocladella hauteriviana MASSE in MASSE et al., 1999 (non MASSE, 1976), révision d'une autre algue dasycladale urgonienne ancienne, par Bruno GRANIER.-
Format [HTML] ou [PDF 1.990 KB]
Référence : [CG2013_L07]
DOI : 10.4267/2042/53035
Langues : 

 Résumé :   Attribuée à l'origine au genre Dissocladella (Pia in Rao & Pia, 1936) de la Famille des Triploporellacées, l'espèce D. hauteriviana Masse in Masse et al., 1999, était supposément caractérisée par un thalle portant des verticilles de latérales constituées chacunes d'une ramification primaire trapue portant un bouquet de quatre ramifications secondaires minces à leur extrémité distale. Une révision de ces latérales démontre qu'elles se divisent plusieurs fois, et non une seule, et ce faisant diminuent de diamètre à chaque étape. L'espèce est ré-attribuée à la Famille des Thyrsoporellaceae dans une nouvelle combinaison au genre Deloffrella Granier & Michaud, 1987. Dans l'état actuel des connaissances, sa distribution stratigraphique est relativement courte (Valanginien supérieur-Barrémien basal) ; de plus, elle disparaît plus tôt que sa compagne Polyphysacée, i.e., Clypeina paucicalcarea (Conrad, 1970), et sa répartition géographique est plus importante, ce qui en fait un bon marqueur pour les séries de plate-forme de l'Urgonien ancien.

En ligne depuis le 25 décembre 2013


Notice nécrologique : Jean-Paul COLIN.-
Format [HTML] ou [PDF 245 KB]
Référence : [Jean-Paul_Colin]
DOI : 10.4267/2042/51849
Langue : 

Jean-Paul COLIN (1948 - 2013) nous a quitté à la fin de cet été. Sa disparition est une perte sévère pour notre communauté, non seulement parce qu'il était un scientifique de réputation internationale, mais aussi parce qu'il était éminemment connu pour ses qualités de fédérateur et aussi parce qu'il était, pour nombre d'entre nous, un ami proche.
Après avoir obtenu son diplôme de thèse en micropaléontologie à l'Université Paris VI en 1973, il passera l'essentiel de sa carrière dans l'industrie pétolière, à l'exploration, d'abord avec EXXON à Houston et Bègles de 1974 à 1989, puis avec ESSO REP à Bègles jusqu'en 2000. (...) 
Jean-Paul COLIN était un excellent naturaliste, aussi bien sur le terrain qu'en laboratoire. Il était toujours ouvert aux discussions scientifiques et techniques, souvent animées, entre collègues. Son enthousiasme pour les ostracodes était énorme et c'était toujours un plaisir de débattre avec lui. (...)
Cordial par nature, il a aidé de nombreux ostracodologistes de toutes origines qui s'adressaient à lui pour bénéficier de son expertise, et plus particulièrement les juniors. (...)
À côté de ces activités, Jean-Paul COLIN faisait partie du comité éditorial de plusieurs revues scientifiques internationales. (...) Il était, entre autres,  éditeur aux Notebooks on Geology [Carnets de Géologie].

En ligne depuis le 22 novembre 2013

 Addendum :  Afin d'être complète la liste bibliographique de Jean-Paul Colin aurait dû également comporter la référence manquante suivante (Fida Medina, communication personnelle): Medina F., Vachard D., Colin J.-P., Ouarhache D. & Ahmamou M'F. (2001).- Charophytes et ostracodes du niveau carbonate de Taourirt Imzilen (Membre d'Aglegal, Trias d'Argana) : implications stratigraphiques.- Bulletin de l'Institut scientifique, Rabat, (section Sciences de la Terre), n° 23, p. 21-26.

Format [HTML] ou [PDF 17 KB]

En ligne depuis le 28 février 2014


Note brève 6 [2013] : Sur l'attribution générique d'une ammonite de l'Aptien du Mexique: Megatyloceras casei HUMPHREY, 1949 (Ammonoidea, Ancyloceratina), par Josep A. MORENO-BEDMAR & Gérard DELANOY.-
Format [HTML] ou [PDF 2.824 KB]
Référence : [CG2013_L06]
DOI : 10.4267/2042/51826
Langues : 

 Résumé :   Dans ce travail, nous révisons l'attribution générique de l'espèce mexicaine d'ammonite Megatyloceras casei Humphrey, 1949. Grâce à un examen minutieux de l'holotype conservé à l'Université du Michigan et grâce aussi aux nouvelles données biostratigraphiques obtenues dans la localité-type, cette révision nous permet d'inclure maintenant cette espèce dans le genre Epicheloniceras Casey, 1954.

En ligne depuis le 11 novembre 2013


Article 8 [2013] : Daniel ŒHLERT (1849-1920) : biographie scientifique et bibliographie, par Christian C. EMIG.-
Format [HTML] ou [PDF 455 KB]
Référence : [CG2013_A08]
DOI : 10.4267/2042/51825
Langue : 

 Résumé :  Daniel Œhlert a fait toute sa carrière à Laval (Mayenne, France). Ses fonctions de bibliothécaire de la ville de Laval, puis de conservateur des musées d'archéologie et d'histoire naturelle de Laval, lui laissaient une indépendance pour se consacrer à la paléontologie et à la géologie. Avec son épouse Pauline, ils partageaient leurs recherches entre des études sur le terrain dans la Mayenne et la Sarthe et de longs séjours à Paris, surtout à la Sorbonne.
Les travaux d'Œhlert ont principalement porté sur les peuplements des mers paléozoïques du Maine, de l'Anjou et du Cotentin. Œhlert se consacra plus particulièrement à l'étude des Crinoïdes, des Trilobites et surtout des Brachiopodes. Dans leur collection, déposée au Musée des Sciences à Laval, on compte plus de 20 nouveaux genres avec plus de 150 nouvelles espèces d'invertébrés. L'œuvre géologique et stratigraphique d'Œhlert est largement originale ; elle ne concerne pratiquement que des terrains paléozoïques des départements de la Mayenne et de la Sarthe et, accessoirement, des départements de l'Orne et de l'Ille-et-Vilaine. En 1884, il devient collaborateur au Service de la Carte géologique de France.
Une centaine de publications s'échelonnent de 1877 pour s'arrêter brutalement en 1911 avec le décès de son épouse Pauline. La liste de tous ses travaux est fournie.

En ligne depuis le 11 novembre 2013


Article 7 [2013] : Révision de la Collection Jesse Harlan JOHNSON. Première partie. Quelques Dasycladales fossiles du Guatémala, par Bruno GRANIER, Rajka RADOIČIĆ & Katica DROBNE.-
Format [HTML] ou [PDF 7.459 KB]
Référence : [CG2013_A07]
DOI : 10.4267/2042/51824
Langue : 

 Résumé :  Ce premier rapport traite de la révision de quelques algues calcaires vertes fossiles (Dasycladales), ou supposées telles (dans les faits un de ces taxons attribué au genre Cylindroporella est un foraminifère), décrites de terrains crétacés et paléocènes du Guatémala. Dans leur papier de 1965 J.H. Johnson and H.V. Kaska avaient entre autres choses introduit trois nouvelles espèces attribuée à l'origine aux genres Acroporella, Cylindroporella et Cymopolia.

 Documents complémentaires :  Planches en couleur [PDF 1.368 KB]

En ligne depuis le 11 novembre 2013


Note brève 5 [2013] : Grains de pollen paléo-tropicaux dans le groupe de Neuquén, Patagonie, Argentine, par Patricia VALLATI.
Format [HTML] ou [PDF 297 KB]
Référence : [CG2013_L05]
DOI: 10.4267/2042/51218
Langue : 

 Résumé :  Cette note discute la présence de grains de pollen à élatères et d'autres palynomorphes paléo-tropicaux caractéristiques dans le Groupe de Neuquén d'âge Crétacé moyen à supérieur de la localité d'El Zampal au Sud de la Province de Mendoza en Argentine.
Au cours de l'intervalle Albien-Cénomanien, les élatèrates caractérisent la province paléofloristique équatoriale. L'espèce Elateroplicites africaensis est présente dans l'association de pollen extraite de la partie inférieure de la Formation Huincul, à la base du Groupe de Neuquén. C'est la première fois que des grains de pollen à élatères sont découverts en Argentine et cela correspond aussi à leur occurrence la plus méridionale. D'autres éléments paléo-tropicaux incontestables sont présents dans différentes unités lithostratigraphiques du Groupe de Neuquén : ce sont, par exemple, des grains de pollen polyplicates de gymnospermes et des grains d'angiospermes, incluant deux espèces à grains périporés du genre Cretacaeisporites, ainsi que l'espèce Confossia vulgaris à grains triporés. La signification paléogéographique et biostratigraphique de l'association de sporomorphes crétacés paléo-tropicaux extraite du Groupe de Neuquén à El Zampal est discutée.

En ligne depuis le 2 août 2013


Note brève 4 [2013] : Praeorbitolina claveli n.sp. (foraminifère benthique) de l'Aptien inférieur sensu lato (Bédoulien) du centre de l'Iran, par Felix SCHLAGINTWEIT, Ioan I. BUCUR, Koorosh RASHIDI & Behnam SABERZADEH.
Format [HTML] ou [PDF 1.755 KB]
Référence : [CG2013_L04]
DOI: 10.4267/2042/51217
Langue : 

 Résumé :  Un nouveau foraminifère orbitolinidé, Praeorbitolina claveli n. sp., est identifié dans l'Aptien inférieur (Bédoulien) de l'Iran central. Il se caractérise par un appareil embryonnaire constitué d'une zone subembryonnaire subdivisée ainsi que d'une déutéroconque. L'association d'orbitolinidés d'âge Barrémien-Aptien de cette région présente un caractère typiquement nord-téthysien (e.g., "association à Valserina" de Cherchi et Schroeder, 1973).

En ligne depuis le 2 août 2013


Article 6 [2013] : Nouvelles données sur les ammonites du Valanginien - Hauterivien de la région stratotypique de Neuchâtel (Jura suisse) : implications biostratigraphiques, par Pierre-Olivier MOJON, Antonio MUSOLINO, Stefan BUCHER & Bernard CLAUDE.-
Format [HTML] ou [PDF 1.254 KB]
Référence : [CG2013_A06]
DOI : 10.4267/2042/51216
Langue : 

 Résumé :  De nouvelles données sur les ammonites du Valanginien supérieur - Hauterivien inférieur apportent des précisions sur le schéma biostratigraphique du Crétacé inférieur de la région stratotypique de Neuchâtel (Jura suisse). Ainsi, Stoicoceras pitrei (Busnardo, 1966) du Calcaire roux limoniteux peut être rapportée à la partie supérieure de la biozone à Saynoceras verrucosum (sous-zone à Karakaschiceras pronecostatum) du Valanginien supérieur. Dans l'Hauterivien inférieur, Olcostephanus (O.) variegatus Paquier, 1900, de la partie supérieure des Marnes bleues d'Hauterive et Saynella cf. clypeiformis (d'Orbigny, 1841) des Marnes d'Uttins (sommet de la partie inférieure de la Pierre jaune de Neuchâtel) élargissent l'extension de la biozone à Lyticoceras nodosoplicatum par rapport à la biozone à Crioceratites loryi indiquée par Saynella neocomiensis (Baumberger, 1905) et un unique spécimen de Crioceratites cf. gr. loryi (Sarkar, 1955) trouvé en 1907.

En ligne depuis le 2 août 2013


Article 5 [2013] : Étude de l'espèce Ochetoceras (Ochetoceras) canaliculatum (de Buch, 1831) (Oxfordien moyen, Zone à Transversarium), par Philippe QUEREILHAC.-
Format [HTML] ou [PDF 4.465 KB]
Référence : [CG2013_A05]
DOI : 10.4267/2042/51215
Langue : 

 Résumé :  L'espèce Ochetoceras (Ochetoceras) canaliculatum (de Buch, 1831), discutée ici, est certainement la plus représentative de la Zone à Transversarium (Oxfordien moyen) dans le Domaine téthysien (Province méditerranéenne). Elle apparaît dans la Sous-Zone à Parandieri et semble disparaître dans la Sous-Zone à Stenocycloides (Oxfordien supérieur, base de la Zone à Bifurcatus). Elle est fortement représentée dans les populations ammonitiques et possède une large extension géographique. Une analyse montre qu'elle se trouve toujours associée à des espèces dénommées Ochetoceras (Ochetoceras) hispidum [M] (Oppel, 1863) et Glochiceras (Glochiceras) subclausum [m] (Oppel, 1863) ; de nombreux auteurs ont pensé depuis longtemps qu'il s'agissait d'une seule et même espèce. Ces trois "espèces" sont donc réunies sous la dénomination Ochetoceras (Ochetoceras) canaliculatum (de Buch, 1831) : le macroconque correspondant aux "morphes" canaliculatum et hispidum est polymorphique, évoluant d'un pôle mince vers un pôle épais ; quant au "morphe" subclausum, il s'agit d'un microconque dimorphique sexuel.

En ligne depuis le 2 août 2013

 Erratum :  Page 219 au lieu de :
"À la lecture d'anciennes publications, il est apparu que le nom d'auteur (de Buch) avait été mal transcrit et que la date de création de l'espèce (1831) était erronée : ces faits ont été mis en évidence à l'aide de l'I.C.Z.N. (4ème édition, 1999), inconnu à l'époque. L'application des articles de ce dernier a permis de corriger ces erreurs. L'Ammonites canaliculatus Graf von Münster -- figurée dans la publication de von Zieten datée de 1832 --, l'Ammonites hispidus Oppel, 1863 et l'Ammonites subclausus Oppel, 1863 -- toutes deux figurées et décrites par cet auteur --, sont maintenant réunies sous l'appellation Ochetoceras (Ochetoceras) canaliculatum (de Buch, 1831)",
il convient de lire :
"À la lecture d'anciennes publications, il est apparu que le nom d'auteur (de Buch) avait été mal transcrit. L'Ammonites canaliculatus Graf von Münster, de Buch, 1831, l'Ammonites hispidus Oppel, 1863, et l'Ammonites subclausus Oppel, 1863, sont maintenant réunies sous l'appellation Ochetoceras (Ochetoceras) canaliculatum (de Buch, 1831)".

Format [HTML] ou [PDF 30 KB]

En ligne depuis le 4 août 2013


Article 4 [2013] : L'Estellon (Baronnies, France), une "Pierre de Rosette" pour la biostratigraphie de l'Urgonien, par Bruno GRANIER, Bernard CLAVEL, Michel MOULLADE, Robert BUSNARDO, Jean CHAROLLAIS, Guy TRONCHETTI & Pierre DESJACQUES.-
Format [HTML] ou [PDF 8.169 KB]
Référence : [CG2013_A04]
DOI : 10.4267/2042/51213
Langue : 

 Résumé :  Des associations d'organismes habituellement caractéristiques de faibles tranches d'eau (des orbitolinidés et des algues, en particulier) ont été identifiées dans des faciès relativement profonds de la "fosse vocontienne" (SE de la France), où ces éléments ont été transportés gravitairement et précocement resédimentés. Dans un tel contexte paléoenvironnemental, ces associations benthiques peuvent être directement calibrées sur les zones d'ammonites. D'après ces nouvelles observations, entre autres résultats, la première apparition de Palorbitolina lenticularis ainsi que celles de quatre représentants du genre Orbitolinopsis, soi-disant typiques de l'Aptien inférieur, sont datées du Barrémien inférieur. De fait la plupart des espèces d'orbitolinidés connues dans le Barrémien supérieur sont déjà présentes au Barrémien inférieur à L'Estellon. Concernant les plates-formes urgoniennes, les schémas de corrélations couramment utilisés, qui s'appuient sur des distributions biaisées (tronquées) d'orbitolinidés -- et par conséquent les conclusions et hypothèses qui en sont dérivées --, nécessitent au moins des révisions en profondeur, sinon un rejet définitif.

En ligne depuis le 22 juillet 2013

 Erratum :  À la page 175, première  colonne (en bas), on doit lire : "2) Genus Dictyoconus Blanckenhorn, 1900", au lieu de : "2) Genus Dictyorbitolina Blanckenhorn, 1900".

À la page 175, seconde colonne (en haut), on doit lire : "Provisionally attributed to the genus Dictyoconus", au lieu de : " Provisionally attributed to the genus Dictyorbitolina".

À la page, seconde colonne, on doit lire : "nor between Dictyoconus ? vercorii and Dictyoconus aff. vercorii", au lieu de : "nor between Dictyorbitolina ? vercorii and Dictyorbitolina aff. Vercorii".

De la même façon, pour les Planche 8, figs. 10-12, Planche 9, fig. 7, et Planche 10, fig. 4, on lira "Dictyoconus ? vercorii" au lieu de "Dictyorbitolina ? vercorii".

Format [HTML] ou [PDF 27 KB]

En ligne depuis le 25 décembre 2013


Article 3 [2013] : Ammonitofaune du Barrémien de la coupe de L'Estellon (Baronnies, SE France) : résultats biostratigraphiques préliminaires, par Robert BUSNARDO, Bruno GRANIER, Bernard CLAVEL & Jean CHAROLLAIS.-
Format [HTML] ou [PDF 4.565 KB]
Référence : [CG2013_A03]
DOI : 10.4267/2042/51212
Langue : 

 Résumé :  L'étude de l'ammonitofaune de la coupe de L'Estellon (département de la Drôme, France) permet de dater les épisodes de la sédimentation gravitaire dans ce secteur de la Fosse vocontienne. Ils couvrent pratiquement l'ensemble du Barrémien, depuis la Zone à Nicklesi jusqu'à celle à Giraudi. Nous n'y avons pas caractérisé de resédimentation bédoulienne, la barre bédoulienne auct. correspondant au Barrémien terminal.

En ligne depuis le 22 juillet 2013


Note brève 3 [2013] : Tubes de cornulitides de l'Ordovicien de la Baltique orientale, par Olev VINN.-
Format [HTML] ou [PDF 635 KB]
Référence : [CG2013_L03]
DOI: 10.4267/2042/51214
Langue : 

 Résumé :  Neuf espèces de cornulitides provenant de l'Ordovicien d'Estonie sont décrites. La première espèce, Cornulites semiapertus, apparaît au Darriwilien terminal (Ordovicien moyen) et les deux suivantes au Sandbien ; enfin, on trouve six espèces au Katien, ce qui indique une diversification rapide des cornulitides au cours de l'Ordovicien supérieur en Baltique. Tous les cornulitides étudiés dans l'Ordovicien d'Estonie sont rencontrés dans des sédiments marins de plate-forme carbonatée peu profonde : ils y sont observés encroûtant essentiellement des coquilles de brachiopodes, de leur vivant ou post-mortem.

En ligne depuis le 22 juillet 2013


Mémoire 2 [2013] : Mammifères et reptiles priaboniens du massif de Platé (Haute-Savoie, France), par Michel DELAMETTE & Jean A. REMY.-
Format [HTML] ou [PDF 5.875 KB]
Référence : [CG2013_M02]
DOI: 10.4267/2042/50056
Langue : 

 Résumé :  Une lentille de calcaire marneux induré à la base de la série tertiaire des Grandes Platières (massif de Platé, Haute-Savoie) a livré la plus importante collection de restes de vertébrés actuellement connue dans le Paléogène des Alpes occidentales. Les mammifères ongulés sont représentés par 35 dents attribuées à 9 taxons (4 périssodactyles et 5 artiodactyles). Cette faune paraît contemporaine de celle de La Débruge (niveau MP 18), datée d'environ -35,5 MA. Le nouveau site, dénommé gisement des Perdrix, est situé stratigraphiquement à 20-35 m en-dessous de celui dans lequel Weidmann et al. (1991) avaient mis au jour quelques restes de mammifères qu'ils ont attribués au niveau MP 20. La nouvelle faune est donc plus ancienne d'environ 1,5 MA. Sa composition et la nature palustre du dépôt suggèrent que les animaux concernés vivaient dans un environnement varié comportant des espaces boisés à proximité de zones humides marécageuses.

En ligne depuis le 17 mai 2013


Article 2 [2013] : Xerticeras gen. nov., un nouveau genre d'ammonite hétéromorphe micromorphe (Ancyloceratina, Ancyloceratidae) de l'Aptien inférieur d'Espagne, par Gérard DELANOY, Josep A. MORENO-BEDMAR, José J. RUIZ & Domingo TOLÓS LLÁDSER.-
Format [HTML] ou [PDF 4.285 KB]
Référence : [CG2013_A02]
DOI : 10.4267/2042/49315
Langue : 

 Résumé :  L'étude biostratigraphique et paléontologique des dépôts de l'Aptien inférieur de la chaine ibérique orientale (Espagne) a révélé l'existence d'un nouveau genre d'ammonite hétéromorphe micromorphe : Xerticeras gen. nov. (espèce type : Xerticeras salasi sp. nov). Ce nouveau taxon est présent dans les zones d'ammonites à Deshayesites deshayesi et Dufrenoya furcata de la région étudiée. La différence de taille constatée dans la population est considérée comme l'expression d'un dimorphisme sexuel.

En ligne depuis le 24 avril 2013


Note brève 2 [2013] : Un banc remarquable par ses skolithes dans le Pridoli supérieur (Silurien) de Saaremaa (Estonie), par Olev VINN & Mark A. WILSON.-
Format [HTML] ou [PDF 1.833 KB]
Référence : [CG2013_L02]
DOI : 10.4267/2042/49316
Langue : 

 Résumé :  Un banc remarquable par ses skolithes dans le Pridoli supérieur (Silurien) de Saaremaa (Estonie).- D'abondants terriers de type Skolithos sont décrits dans une strate remarquable, bathydécroissante, identifiée dans la falaise de Ohesaare (Pridoli) à Saaremaa (Estonie). Ces terriers cylindriques et verticaux sont attribués à Skolithos plutôt qu'à Trypanites, car quand ils rencontrent de gros bioclastes dans la matrice calcaire du banc ils ont pris l'option de les contourner plutôt que de les traverser. L'absence d'encroûtement à la surface sommitale du banc est une preuve supplémentaire que ces traces correspondent à des terriers dans un sédiment meuble plutôt qu'à des perforations dans un fond durci. Nous interprétons cette intense bioturbation par les organismes produisant des skolithes comme une des caractéristiques d'un paléoenvironnement de faible bathymétrie à hydrodynamisme élevé.

En ligne depuis le 24 avril 2013


Article 1 [2013] : Nouvelles données paléontologiques et stratigraphiques au passage Aptien – Albien dans les Pyrénées ariégeoises (France), par Jacques REY, Josep Anton MORENO-BEDMAR, Michel BILOTTE & Ricardo MARTÍNEZ.-
Format [HTML] ou [PDF 1.910 KB]
Référence : [CG2013_A01]
DOI : 10.4267/2042/48733
Langue :  

 Résumé :  La découverte d'ammonites du passage Aptien - Albien (biozones à Hypacanthoplites jacobi et à Leymeriella tardefurcata), dans la série urgonienne de la couverture du massif de l'Arize invalide l'attribution antérieure au Clansayésien inférieur proposée sur des arguments paléontologiques non contraints.

En ligne depuis le 28 février 2013


Note brève 1 [2013] : Révision de l' Heteroporella ? paucicalcarea (Conrad, 1970), une algue dasycladale urgonienne, par Bruno GRANIER.-
Format [HTML] ou [PDF 1.412 KB]
Référence : [CG2013_L01]
DOI : 10.4267/2042/48737
Langue : 

 Résumé :  À sa création l'espèce Heteroporella ? paucicalcarea (Conrad, 1970) a été laissée en nomenclature ouverte. Ultérieurement de nouvelles combinaisons ont été proposées mais aucune n'a rencontrée l'unanimité parmi les paléophycologues. Compte-tenu de l'acception actuelle des familles d'algues dasycladales, nous rapportons ce taxon à la Famille des Polyphysaceae et par contre-coup au genre Clypeina (Michelin, 1845). Sa répartition stratigraphique connue est plutôt courte (Hauterivien supérieur-Barrémien inférieur), ce qui en fait un bon marqueur fossile dans les séries de plates-formes carbonatées urgoniennes. Sa distribution géographique est apparemment réduite à l'Europe occidentale (Espagne, France et Suisse).

En ligne depuis le 28 février 2013


Livre 1 [2013] : L'Édition du XXIème Siècle (100ème Anniversaire) des "Nouvelles études sur les Siphoneae verticillatae du Trias" de Julius von PIA, par Bruno GRANIER & Nestor J. SANDER.-
Format [HTML] ou [PDF 13.900 KB]
Référence : [CG2013_B01]
DOI: 10.4267/2042/48735
Langue : 

Dépôt légal : 
ISBN13 : 978-2-916733-11-1

couverture-pia Préface :  Cette nouvelle édition, dite du XXIème siècle, du mémoire de Julius von Pia initialement publié en 1912 et intitulé "Neue Studien über die triadischen Siphoneae verticillatae" est due au travail conjoint de B. Granier (édition, photographies en microscopie optique) et N.J. Sander (traduction). L'icongographie nouvelle a été réalisée par A. Lethiers et B. Granier. Les 24 figures originales accompagnant le texte et les 7 planches [II-VIII] ont été transformées en 125 photographies, 5 figures et 56 vidéos. Ce travail de recherche a été soutenu par le Projet SYNTHESYS, qui est financé par l' European Community Research Infrastructure Action par le biais du Programme FP6, "Structuring the European Research Area".


Cliquer sur la vignette pour lire la vidéo

Reconstitution de Physoporella dissita.

En ligne depuis le 28 février 2013


Mémoire 1 [2013] : Hemidiadema rugosum Agassiz, 1846, et H. neocomiense (Cotteau, 1869) (Euechinoidea, Camarodonta, Glyphocyphidae) du Crétacé inférieur du Bassin parisien (France), par Arnaud CLÉMENT.-
Format [HTML] ou [PDF 2.725 KB]
Référence : [CG2013_M01]
DOI: 10.4267/2042/48481
Langue : 

 Résumé :  Les espèces Hemidiadema rugosum Agassiz, 1846, et H. neocomiense (Cotteau, 1869), petits échinides réguliers mal connus et sources de nombreuses confusions – de part leur rareté et l'insuffisance de leur description originale par leur auteur respectif –, sont révisées afin de clarifier leurs différences et leur statut taxonomique. Cette révision s'appuie sur l'examen de six exemplaires d'H. rugosum (dont l'holotype, non figuré par son auteur à l'origine) tous provenant du locus typicus et du stratum typicum ("Grès ferrugineux" du Clansayésien [Aptien supérieur sensu gallico] de Grandpré, Ardennes) et sur un unique spécimen d'H. neocomiense provenant du stratum typicum ("Calcaire à Spatangues" de l'Hauterivien inférieur (? Zone à Lyticoceras nodosoplicatum)) de Ville-sur-Saulx (Meuse), région proche du locus typicus (Auxerre, Yonne)). Pour cette dernière espèce, un néotype est désigné en remplacement de l'holotype non retrouvé. Des remarques sur la paléoécologie et les répartitions géographique et stratigraphique de ces deux espèces sont précisées. La révision de ces deux espèces donne l'occasion de proposer une diagnose émendée du genre Hemidiadema Agassiz, 1846, Glyphocyphidae peu connu.

En ligne depuis le 21 janvier 2013


up2  

Roman

Les chiens aboient..., par Herbert WILD.-
Format [HTML]
Référence : [CG2009_ROMAN]
Langue : 

Dépôt légal : 
ISBN13 : 978-2-916733-05-0

CG2009_ROMAN_thumb Sommaire : 

  • Préface (Michel DURAND DELGA)
  • Première partie : La joie de créer
  • Deuxième partie : La poursuite sauvage
  • Troisième partie : ... la caravane passe
  • Commentaires (Michel DURAND DELGA)

Édition électronique préparée par Jean-Marie OLLIVIER & Bruno GRANIER (photo à gauche © R. OLLIVIER)

Il s'agit d'un roman de Herbert Wild, le nom de plume de Jacques Deprat, intitulé "Les chiens aboient..." La version électronique, au format HTML et gratuite, préparée par Jean M. Ollivier & Bruno Granier et complétée par des commentaires de Michel Durand Delga, est disponible en ligne.

Vous souhaitez en obtenir une édition papier. Ce livre au format poche (378 p.) est disponible depuis le 14 septembre 2009 pour 10 € seulement (frais de port inclus) en utilisant le bouton PayPal ci-dessous.

Une autre solution consiste à régler ce même montant par chèque bancaire (libellé en € et à partir d'une banque française) et de l'adresser ainsi que vos coordonnées (dont l'adresse de livraison) à Jean M. Ollivier, Quartier Lassabaigt, F-64150 Lahourcade (France).

En ligne depuis le 18 Mai 2009






Sauf mention contraire,
le contenu de ces pages est
sous Contrat Creative Commons 2.5
Creative Commons