titre1
titre2
en_2  Dernier nº  Livres  S'abonner  DVD      
up2  

2019 (vol. 19) 

Nouvelles découvertes du genre Revalotrypa, le plus vieux genre bryozoaire de Baltoscandia, au nord-ouest de la Russie
Petr V. FEDOROV & Anna V. KOROMYSLOVA

 | HTML  | PDF [954 KB]  | DOI : 10.4267/2042/70296

 Résumé :  Les nouvelles découvertes de bryozoaires esthonioporates de l'espèce Revalotrypa cf. inopinata, représentant l'un des plus anciens bryozoaires de Baltoscandie, sont décrites dans un affleurement situé dans l'oblast de Léningrad (nord-ouest de la Russie). Les colonies de cette espèce sont très petites et furent extraites de nodules calcaires cimentés trouvés dans les grès glauconitiques de la partie inférieure du Membre Joa (zone de сonodonte Paroistodus proteus, Floïen basal, Ordovicien inférieur). La microtomographie à rayons X combinée et l'examen de coupes minces traditionnelles au stéréomicroscope et au microscope optique sont utilisés pour étudier la morphologie de cette espèce.

Carnets Geol., vol. 19, nº 11, p. 199-209

En ligne depuis le 8 août 2019


Abondance d'Aspidiscus cristatus (Lamarck, 1801) dans la Formation des Marnes de Smail de la région de Batna (NE d'Algérie) : Une espèce caractéristique pour le Cénomanien moyen
Sihem SALMI-LAOUAR, Bruno FERRÉ & Riadh AOUISSI

 | HTML  | PDF [1.295 KB]  | DOI : 10.4267/2042/70294

 Résumé :  Les marnes cénomaniennes de la région de Batna (nord-est de l'Algérie) montrent plusieurs niveaux fossilifères, à faune très diversifiée. Parmi les fossiles présents en abondance et en bon état de conservation figure Aspidiscus cristatus (Lamarck, 1801). Cette espèce de polypier a été rattachée à la famille des Latomeandridae Alloiteau, 1952, en raison de la présence de pennulae et de perforations concentrées sur le bord interne des septes. Dans les coupes étudiées, Aspidiscus cristatus se rencontre dans des niveaux allant de la Zone à Cunningtoniceras inerme à la Zone à Acanthoceras amphibolum, avec une relative abondance dans la Zone à Acanthoceras cf. rhotomagense. Cette espèce est, par conséquent, un bon marqueur du Cénomanien moyen de la région de Batna. Nous donnons ici une description paléontologique et discutons des cadres environnemental et paléogéographique de cette espèce. En effet, la morphologie externe de son test, convexe sur la face supérieure, plane à concave sur la face inférieure, évoque une adaptation à des environnements marins de faible énergie, de substrat vaseux et au taux de sédimentation élevé. La répartition paléogéographique de cette espèce, avec des spécimens de taille souvent plus grande sur les marges sud et est du domaine téthysien que sur la marge nord, témoigne d'un gradient thermique et d'une zonation climatique spécifiques, avec des eaux relativement plus chaudes sur la marge sud-téthysienne au Cénomanien, favorisant une bio-érosion beaucoup plus fréquente et plus poussée des spécimens fossiles des régions sud-téthysiennes que celle affectant les spécimens des régions septentrionales de la Téthys.

Carnets Geol., vol. 19, nº 10, p. 185-197

En ligne depuis le 8 août 2019


Les ammonites de l'Aptien inférieur du bassin aptien de Les Ferres (Crétacé inférieur, SE de la France). Ière partie : Introduction et biostratigraphie
Stéphane BERSAC & Didier BERT

 | HTML  | PDF [4.427 KB]  | DOI : 10.4267/2042/70292

 Résumé :  Sur la marge méridionale du Bassin Vocontien (SE de la France), les dépôts d'âge aptien inférieur (Crétacé inférieur) de l'intervalle situé entre les zones à Deshayesites deshayesi et Dufrenoyia furcata ne sont habituellement pas favorables à l'étude des développements ontogénétiques tardifs des ammonites (céphalopodes fossiles) pour des raisons taphonomiques (fragmentation, remaniement, pyritisation). Dans les environs du village de Les Ferres (département des Alpes-Maritimes, SE de la France), des sédiments aptiens relativement épais et riches en ammonites bien conservées relevant de l'intervalle stratigraphique précité se sont déposés dans un petit bassin structural dénommé ici bassin aptien de Les Ferres (LFAB). Les 1262 ammonites collectées ou étudiées in situ sont datées de la Zone à Deshayesites forbesi jusqu'au sommet de la Zone à Dufrenoyia furcata. La lithostratigraphie, la biostratigraphie fondée sur les ammonites et la distribution de leurs taxons respectifs sont décrits dans ce travail qui constitue une introduction litho- et biostratigraphique à de futurs travaux paléontologiques sur les ammonites de l'Aptien inférieur du secteur des Ferres. Au-dessus des calcaires hauteriviens à aptiens, une nouvelle formation lithologique est décrite, la Formation de Les Graous. Elle est divisée en trois membres, de bas en haut : 1) Membre de la Combe de Joinet, 2) Membre du Pont de la Cerise et 3) Membre de Les Graous. Deux niveaux remarquables y sont identifiés : le niveau à Ammonitoceras (exceptionnellement abondants) et le banc à Toxoceratoides.

Carnets Geol., vol. 19, nº 9, p. 149-183

En ligne depuis le 8 août 2019


Statut nomenclatural de Palaeothrissum inaequilobum Blainville, 1818, P. parvum Blainville, 1818, et Aeduella blainvillei (Agassiz, 1833) (Aeduelliformes, Aeduellidae)
Arnaud BRIGNON

 | HTML  | PDF [576 KB]  | DOI : 10.4267/2042/70290

 Résumé :  Il est montré que les noms spécifiques Palaeothrissum inaequilobum Blainville, 1818, et P. parvum Blainville, 1818, du Permien inférieur (Assélien) de Muse, près d'Autun (Saône-et-Loire, France) sont des synonymes plus anciens de l'espèce largement utilisée, Aeduella blainvillei (Agassiz, 1833). Afin de maintenir la stabilité nomenclaturale, les conditions sont cependant réunies pour une inversion de préséance en accord avec l'article 23.9.1 du Code International de Nomenclature Zoologique. Le nom spécifique Aeduella blainvillei est ainsi considéré comme valide et est qualifié de nomen protectum, alors que Palaeothrissum inaequilobum Blainville, 1818, et P. parvum Blainville, 1818, sont invalides et qualifiés de nomina oblita. Quelques spécimens des séries types sur lesquelles furent créées les espèces P. inaequilobum, P. parvum et Aeduella blainvillei, sont identifiés.

Carnets Geol., vol. 19, nº 8, p. 141-148

En ligne depuis le 8 août 2019


Observations sur quelques Actinoporelles (Chlorophyta, Polyphysaceae). Révision de la Collection Jacques Emberger. Part 1
Bruno GRANIER

 | HTML  | PDF [5.236 KB]  | DOI : 10.4267/2042/70196

 Résumé :  À l'occasion de l'inventaire de la Collectiony J. Emberger, des spécimens du "Crétacé inférieur" (Valanginien et Hauterivien) d'Algérie, qui se rapportent au genre Actinoporella (Gümbel in Alth) et qui avaient précédemment été attribués à son espèce type A. podolica (Alth) by Conrad et al., sont réexaminés. Ils correspondent à deux espèces distinctes, dont l'une pourrait être un synonyme junior d'A. podolica, une synonymie en suspens parce qu'elle nécessiterait un nouvel échantillonnage de la localité originelle d'Ukraine occidentale quelque 140 années après que le matériel type, aujourd'hui perdu, y ait été récolté. Concernant l'attribution stratigraphique, ils sont d'âges tithonien et/ou berriasien, c'est-à-dire du Jurassique terminal (sensu Oppel) et non du Crétacé basal. En plus de ces deux Actinoporelles, une troisième espèce, originellement décrite comme Clypeina nigra (Conrad & Peybernès), mais ultérieurement attribuée au genre Actinoporella, est révisée. De nouvelles données justifient sa réattribution au genre Bakalovaella Bucur. Enfin, il est désormais confirmé que les Polyphysaceae et les Dasycladaceae modernes sont issues de Diploporaceae, soit directement, soit indirectement par le biais des Dasycladaceae ancestrales.

Carnets Geol., vol. 19, nº 7, p. 113-139

En ligne depuis le 31 mai 2019


Nouvelles données sur quelques espèces-types de Dasycladales (algues vertes) du Maastrichtien-Paléocène d'Iran. 1ère partie. Pseudocymopolia Elliott, 1970.
Koorosh RASHIDI & Felix SCHLAGINTWEIT

 | HTML  | PDF [2.525 KB]  | DOI : 10.4267/2042/70194

 Résumé :  Pseudocymopolia anadyomenea, l'espèce-type du genre, a été décrite par Elliott (1959) à partir du Maastrichtien d'Irak. En dehors de la localité-type, elle a également été observée dans la Formation Tarbur du Maastrichtian supérieur d'Iran, en Afghanistan et au Tibet. Le matériel analysé, riche mais moyennement conservé, permet d'identifier deux espèces distinctes: P. anadyomenea et P. acuta n. sp. La nouvelle espèce se caractérise par la morphologie de ses thalles dont les bords des segments sont en pointes, carénés. Outre la morphologie, toutes deux se distinguent également par leurs paramètres biométriques parmi lesquels que le diamètre externe (D), le diamètre interne (d) et le rapport d/D. Toutes les autres espèces de Pseudocymopolia du Crétacé inférieur ainsi que P. anadyomenea de Maastrichtien ont des bords de segments arrondis. Les deux taxons de la Formation Tarbur se trouvent dans le contexte dépositionnel d'environnement calme caractéristique de la plate-forme interne, alors qu'au Crétacé inférieur les représentants du genre caractérisent généralement les dépôts de bordure de la plate-forme.

Carnets Geol., vol. 19, nº 6, p. 97-111

En ligne depuis le 31 mai 2019


Le Dévonien supérieur du Sahara nord-occidental (Algérie) : Faciès, environnements et signification géodynamique des calcaires griottes
Abdelkader ABBACHE, Abdelkader OUALI MEHADJI, Catherine CRÔNIER, Ahmed Hamza FELLAH, Ninon ALLAIRE & Claude MONNET

 | HTML  | PDF [3.405 KB]  | DOI : 10.4267/2042/70192

 Résumé :  Sur la bordure nord-ouest du Sahara algérien, dans les bassins de Béchar (Ben-Zireg), de l'Ougarta (Marhouma) et du Gourara (Charouine), le Dévonien supérieur est marqué par les calcaires noduleux de type "griotte" qui s'échelonnent depuis le Frasnien jusqu'au Famennien (Dévonien). Il s'agit d'alternances argilo-gréso-calcaires riches en ammonoïdes. Des variations latérales de faciès et d'épaisseur sont observées dans ces trois bassins. Ces variations sont directement liées aux conditions de leur environnement de dépôts (hydrodynamisme, physiographie du bassin, arrêts sédimentaires). Dans les trois régions étudiées, les milieux de dépôt des faciès griottes correspondent à un environnement de type plateforme (hauts fonds) et bassin sous contrôle tectono-eustatique. À Ben-Zireg, les faciès correspondent à une plateforme. À Marhouma, les faciès correspondent d'abord à une rampe distale, puis à un environnement de talus à tablier à faciès allodapiques (Famennien II, VI et V) et de bassin (Famennien II et VI). À la fin du Famennien, on assiste à l'installation d'une sédimentation argilo-sableuse de talus (Membre inférieur des Grès de Ouarourout) rapidement relayée par la mise en place d'une plateforme (Membre supérieur des Grès de Ouarourout) avant émersion. À Charouine, les argiles du bassin (hémipélagites) dominent la sédimentation. La présence d'asphaltites sous forme d'imprégnation dans les faciès griottes, de galettes centimétriques et de blocs métriques dans les faciès postérieurs aux calcaires noduleux, suggère les effets d'une diagenèse précoce qui a dû également jouer un rôle important par la réduction des sulfates et l'oxydation anaérobique du méthane (biogénique et/ou thermique). La ségrégation d'aires sédimentaires à faciès griotte semble être calquée sur un morcellement du socle. En effet, les faciès griottes suivent de près la suture panafricaine. Dans l'Ougarta, l'accident "Sud Ougartien" ne serait que le prolongement du mégalinéament du Tibesti. La réactivation au Dévonien supérieur des fractures du socle précambrien serait responsable de ce contraste des faciès.

Carnets Geol., vol. 19, nº 5, p. 71-96

En ligne depuis le 31 mai 2019


Nouveau modèle stratigraphique et génétique pour les réservoirs dolomitiques du Pinda (Crétacé, Angola). IIe Partie – Preuves irréfutables contre une dolomitization et une dissolution précoces
Bruno GRANIER

 | HTML  | PDF [3.099 KB]  | DOI : 10.4267/2042/69773

 Résumé :  Il s'agit ici de la deuxième contribution au modèle génétique et stratigraphique du Pinda. Le Groupe Pinda du Crétacé moyen constitue une mégaquence transgressive au large de la partie septentrionale de l'Angola dans le bassin du Congo. Sa partie inférieure est constituée par les faciès Búfalo et Pacassa qui correspondent respectivement à des roches sédimentaires mixtes et calcaires-dolomitiques à dominante grenue. Ces deux types de sédiments ont subi de fortes altérations diagénétiques, essentiellement par du remplacement de la calcite par de la dolomite et par dissolution de la calcite restante. Contrairement aux opinions exprimées par d'autres auteurs selon lesquelles ces processus sont attribuables à une diagénèse précoce, il existe un faisceau d'arguments solides en faveur d'une origine liée au processus d'enfouissement avec notamment un remplacement par de la dolomite et de la dissolution ayant débuté respectivement à des profondeurs d'enfouissement d'au moins 150m et 400m.

Carnets Geol., vol. 19, nº 4, p. 47-70

En ligne depuis le 15 février 2019


Les "avatars" de Triloculina laevigata Orbigny, 1826, attribution générique et spécifique
Armelle POIGNANT

 | HTML  | PDF [1.280 KB]  | DOI : 10.4267/2042/69756

 Résumé :  Ce travail a pour but de clarifier le problème posé par Triloculina laevigata Orbigny, 1826, nom. nud., figurée et décrite par Fornasini en 1905. Mais cette validation devient un homonyme secondaire, en raison de la description par Bornemann en 1855 d'une autre Triloculina laevigata. Cette invalidation n'a été reconnue que tardivement et plusieurs auteurs récents utilisent encore l'appellation originelle. Après la révision du sous-genre et des genres attribués à Triloculina laevigata et la comparaison entre les formes fossiles et actuelles, l'appellation Affinetrina alcidi Lévy et al., 1992a, est confirmée.

Carnets Geol., vol. 19, nº 3, p. 35-46

En ligne depuis le 4 février 2019


Uteria naghanensis n. sp. (Dasycladale) du Maastrichtien supérieur d'Iran
Koorosh RASHIDI & Felix SCHLAGINTWEIT

 | HTML  | PDF [1.498 KB]  | DOI : 10.4267/2042/69755

 Résumé :  Une algue dasycladale nouvelle, Uteria naghanensis n. sp., provenant du Maastrichtien supérieur de la Formation Tarbur du Zagros (sud-ouest de l'Iran) est décrite. Il s'agit d'une espèce de taille petite à moyenne, assez bien calcifiée, avec des petits éléments portant chacun une ampoule fertile, disposés en alternance avec des verticilles serrés consitués de nombreuses latérales stériles. Cette algue est aussi caractérisée par son axe principal assez large. Le genre Uteria Michelin n'était jusqu'à présent connu que dans le Paléogène (Danien-Lutétien). La découverte d'U. naghanensis n. sp. dans des boues bioclastiques de plate-forme interne de la Formation Tarbur atteste de l'apparition du genre dès la partie terminale du Crétacé dans une région rattachée à la Plaque Arabe.

Carnets Geol., vol. 19, nº 2, p. 21-33

En ligne depuis le 3 février 2019


Le genre Bakalovaella Bucur, 1993 (Dasycladeae, Dasycladaceae), et description de son plus ancien représentant crétacé
Bruno R.C. GRANIER & Ioan I. BUCUR

 | HTML  | PDF [3.082 KB]  | DOI : 10.4267/2042/69540

 Résumé :  Une nouvelle espèce de Dasycladacée de l'Hauterivien d'Aquitaine (France) est décrite. Elle est attribuée au genre Bakalovaella Bucur, 1993, antérieurement mis à tort en synonymie avec le genre Montiella (L. et J. Morellet, 1922). D'un point de vue phylogénétique, en se fondant sur le modèle du "piston élévateur", ce taxon appartiendrait à une lignée issue des Diploporacées.

Carnets Geol., vol. 19, nº 1, p. 1-19

En ligne depuis le 17 janvier 2019


eXTReMe Tracker

Sauf mention contraire,
le contenu de ces pages est
sous Contrat Creative Commons 4.0
Creative Commons